Embauche d’un étudiant étranger : le point sur le changement de statut

Embauche d’un étudiant étranger : le point sur le changement de statut

Pour que la situation de l’emploi ne soit pas opposable à l’étudiant, le salaire doit être au moins égal à 1.5 X fois le SMIC soit à 2.199 € mensuel brut. En outre, le salaire proposé doit être en conformité avec les conventions collectives et les usages pratiqués dans la branche d’activité.

L’idéal pour l’étudiant est bien évidemment de se voir proposer un CDI. Dans la pratique, les préfectures acceptent des CDD dont la durée n’est pas inférieure à six mois. Certaines préfectures exigent même un CDD d’une durée minimum de neuf mois.

La Direccte va examiner l’adéquation entre le profil et le poste à pourvoir. L’étudiant devra alors justifier de l’adéquation entre son parcours de formation, son diplôme, et les fonctions proposées.

Sa demande sera instruite en tenant compte de l’ensemble des éléments retenus pour accorder ou refuser une autorisation de travail (situation de l’emploi, adéquation entre ses qualifications, son diplôme et l’emploi ainsi que les conditions d’emploi et de rémunération).

A l’expiration de sa carte de séjour « étudiant », l’étudiant peut aussi obtenir une APS, s’il possède un diplôme au moins équivalent au master obtenu en France.